C'est quoi être auteure de documentaire ?

Pour l'expliquer, voici un texte que j'avais écrit pour intégrer la formation en réalisation des Ateliers Varan.

"C’est étrange. En imaginant comment me présenter à vous, je crois avoir retrouvé ce qui m’a fait devenir une « filmeuse ». Des souvenirs enfouis, des sentiments que j’avais oubliés.


J’avais toujours voulu être vétérinaire car mon grand-père, mon héros, l’était. Donc, jusqu’à16 ans et mes premières très mauvaises notes en matières scientifiques, je n’ai cessé de dire que je voulais suivre cette voie. Je croyais que mon attirance pour le cinéma datait seulement du lycée quand j’ai dû me réorienter – celle pour le documentaire daterait alors de beaucoup plus tard, de l’université. Mais en fait, c’est une erreur. Mon approche de l’image, mon désir de filmer les gens, les lieux, les mouvements, remonte à mon enfance.

Et il se pourrait bien que je le doive à mon père.

Mon père a toujours filmé les vacances avec une caméra tout à fait convenable pour un amateur. Chaque cassette comprenait ces quelques secondes de filmage des pieds de mon père, des trottoirs de toute l’Europe avec leurs mégots et leurs chewing-gums incrustés. Systématiquement, on entendait mon père dire « l’objectif est sale ». Il ne l’a jamais nettoyé.

Vers 5 ou 6 ans, mes parents ont commencé à m’acheter des appareils photos et des caméras. Je me souviens de la caméra achetée à Venise – je devais avoir 7 ans. Elle était rose et vert fluo. Elle me permettait de voir les plus belles vues touristiques de la ville. Le plus dur, c’était de suivre mon père qui filmait, tout en essayant de filmer avec ma caméra en plastique sans tomber dans un canal.

Un peu plus tard, peut-être vers 10 ou 11 ans (il me semble que je n’étais pas encore au collège), nous avons fait un grand voyage en Espagne. Je crois que c’est au cours de ces 3 semaines que j’ai filmé« pour de vrai » pour la première fois. Tout me paraissait si beau. L’Alhambra surtout. J’ai senti tout le pouvoir que je détenais entre mes mains. Je pouvais montrer la beauté des lieux, la magnifier. Et tous ces souvenirs que j’allais fabriquer ! Des gros plans sur les visages de mes parents et de ma sœur. Et chercher les cadres. Et cette lumière, là, dans le patio.

Au retour, nous avons, comme tous les ans, visionné les vidéos après les habituelles disputes pour se rappeler comment brancher les câbles sur la télévision. Et là, ma mère a prononcé cette phrase que je n’ai jamais oubliée : « on sent que tu aimes les gens quand tu les filmes ».

Ce n’est pas grand chose, une petite phrase sans conséquence. À l’époque. À partir de là, j’ai filmé sans relâche.


J’ai découvert le documentaire à l’université, où je suis arrivée avec une culture quasi nulle en cinéma. Ça a été une révélation. J’ai travaillé pour un festival de documentaires courts à Lyon, j’ai fréquenté le FID, j’ai rencontré des réalisateurs comme Alain Cavalier. On peut donc être un filmeur ? On peut filmer des petites choses, des petits gestes, des petites gens ? On a le pouvoir de leur donner cette beauté, cette importance, cette consistance ? Je suis une humaniste et le documentaire m’est apparu comme le moyen de l’exprimer."

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now